OSTEL 1915

    A partir de fin novembre 1914, le secteur devient calme, ponctuellement troublé par des bombardements et des accrochages entre patrouilles entre les premières lignes adverses.

Cette période est également appelée la guerre des mines dont le lieu le plus emblématique est la cote 108 à Berry-au-Bac.

Les allemands commencent également à utiliser les gaz asphyxiants au milieu de l’année copiés peu après par les français

La situation est nettement en faveur des allemands qui tiennent les hauteurs de Soupir, de Chavonne et de Vailly alors que les français sont cantonnés dans le fond de vallée de l'Aisne.

coté français: la 69e DR reste sur place toute l'année sur la rive nord de l'Aisne de Vailly jusque Chavonne puis prennent pied sur la rive sud de la rivière au niveau de Soupir.

côté allemand: la 6e DI est relevée par les 15eDI  (IR25,IR65,IR160,IR161,FAR59,FAR83) et 16e DI (IR28,IR29,IR68,IR69,FAR23,FAR44) en juillet. Puis c'est la 15eDR (RIR17,RIR25,RIR30,RIR69,RFAR15)  qui prend le relais a partir de fin octobre.

Leur 1ère ligne  fait face à celle des français en fond de vallée.

Les allemands fortifient ces hauteurs  avec un réseau sophistiqué de tranchées, d'observatoires, de postes d'artillerie qui constituent leur 2eme ligne. Les troupes de réserve de 2eme ligne sont .à l'abris dans les carrières en bordure de plateau qui sont aménagées (dortoirs, infirmeries, cuisines, PC ...dans la plupart d'entre elles l'électricité est installée.)

Le village d'Ostel est peu habité car régulièrement bombardé au vu sa proximité du front.

De plus il y a peu de caves dans le village sauf près du Prieuré qui est transformé en poste de secours et en PC d'artillerie (voir photos ci-dessous)

2016-Mars 30-Berthe N-198 100 Dpi.jpg

Le Prieuré